Amender le Code de Commerce pour doter la finance islamique d’un cadre juridique

0

Dans son intervention lors d’une Journée parlementaire au Conseil de la nation sur le thème « La finance islamique: une réponse à une revendication sociale et un rôle dans l’inclusion financière », M. Ghlamallah a précisé que l’amendement de certains articles du Code de commerce permettra la cotation des Sukuk sur la Bourse d’Alger.

Lors de cette rencontre, organisée par la commission des affaires économiques et financières du Conseil de la nation, le président du HCI s’est félicité de « l’accueil réservé par les citoyens à la volonté de l’Etat de développer les transactions bancaires islamiques au niveau des banques publiques et privées ».

Bien qu’introduite récemment, la finance islamique a d’ores et déjà permis aux établissements bancaires de capter d’importantes sommes d’argent, a fait observer M. Ghlamallah, soulignant que cette démarche « sert l’économie nationale » en ce qu’elle favorise la circulation des fonds et évite leur thésaurisation.

Pour le président du HCI, il ne fait aucun doute que l’utilisation des Sukuk imprimera une dynamique sans précédent à la Bourse d’Alger.

18 mars 2021 |

Les commentaires sont fermés.

Trouver des avocats par ordre alphabétique
Annuaire des Avocats Algérien – Powered by Avocat Algérien.
Aller à la barre d’outils