L’Algérie n’a formulé aucune demande pour récupérer l’argent détourné

0

Les fonds algériens détournés par de hauts responsables et placés dans des banques suisses ne font l’objet d’aucune demande de récupération de la part des autorités algériennes auprès du gouvernement helvétique, a indiqué lundi 9 mars le journal suisse Le Temps.

La même source affirme que le gouvernement suisse n’a pas entamé les procédures de blocage des fonds suspects, faute d’une demande officielle des autorités algériennes. Elle explique que « Berne attend toujours une demande d’entraide judiciaire de la part du nouveau pouvoir à Alger ».

Le journal révèle que Abdelaziz Bouteflika était un client des banques helvétiques et que ses comptes personnels, ouverts en Suisse, avaient accéléré sa chute en tant que ministre des Affaires étrangères en 1979. Il rappelle que l’ex-président déchu a longtemps séjourné entre Genève, Paris et Abu Dhabi, avant son retour triomphal à la tête de l’Algérie en 1999.

La même source souligne que le Conseil fédéral, qui a gelé les fonds du président tunisien Ben Ali, ainsi que ceux de l’égyptien Moubarak, et restitué une partie des sommes saisies aux deux pays concernés, n’a pas effectué la même procédure concernant les fonds de responsables algériens. Le journal rappelle que la Suisse s’est dotée de lois législative lui permettant de saisir les fonds suspects appartenant à des responsables politiques étrangers. Ces lois ont comme objectif de sauvegarder la réputation des banques du pays qui contribuent grandement à son économie.

Ainsi, les autorités algériennes n’ont fait aucune demande pour bloquer ces fonds en vue de les récupérer. Le nouveau président Abdelmadjid Tebboune, qui a pourtant promis de récupérer l’argent dilapidé, ne semble pas pressé d’effectuer ces démarches pourtant facilitées par la législation suisse. Le journal cite notamment l’avocat algéro-suisse Lachemi Belhocine qui a récemment affirmé que « l’Algérie n’a pas encore changé en profondeur, les manifestants continuent de réclamer chaque semaine la libération du pays ».

Le journal rappelle que le fondateur de l’Association Algériens sans frontières ne cesse, depuis une année, à se battre juridiquement pour permettre à l’Algérie de récupérer ses fonds sans aucune assistance de part des autorités algériennes qui continuent d’ignorer la question de l’argent détourné et placé dans des banques étrangères.

Par Pica Ouazi


Qui est l’association – Algériens sans Frontières – (ASF)?

Regroupant des avocats, des médecins, des ingénieurs ou encore des artistes, l’association « Algériens Sans Frontières » (ASF), a été officiellement créé le 7 Juin 2019 par des membres de la communauté algérienne installés à l’étranger. Elle s’est donné une mission : retrouver et geler les avoirs du clan Bouteflika aux banques suisses et à d’autres pays ces dernières années.

Les membres du conseil d ́administration de ASF sont :

  1. Monsieur BELHOCINE Lachemi, avocat, Suisse.
  2. Madame MERAD Beya, avocate, Belgique.
  3. Monsieur DJILLALI Bachir, médecin vétérinaire, Canada.
  4. Madame AZIZ Sihame, pharmacienne, Autriche.
  5. Monsieur BEN GUESMIA Chafik, CEO contract management firm et journaliste, Etats-Unis.
  6. Monsieur OUAISSA Rachid, professeur des universités (politologue), Allemagne.

Le but principal d ́ASF est de soutenir le peuple algérien dans sa révolution pacifique initiée le 22 Février 2019, l ́accompagner dans l ́instauration d ́un état de droit et d ́une Algérie démocratique.

ASF a aussi pour objectif de lutter contre la répression, contre la corruption et créer un pôle d ́expertise qui regroupe des compétences algériennes dans la diaspora au service de la cause algérienne.

Maître Lachemi Belhocine en tant que président de ASF avait lancé le 4 Avril 2019 un appel auprès du Conseil fédéral suisse pour recouvrer les biens et les avoirs financiers pillés par les dirigeants algériens.

Le but principal de cet appel adressé aux autorités suisses étant d ́empêcher que ces avoirs qui se comptent en plusieurs milliards de dollars soient retirés des banques suisses et transférés vers des paradis fiscaux inaccessibles.

L ́appel lancé par Maître Belhocine fut très vite entendu par le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) suisses qui a publié un écrit officiel le 15 Avril 2019, en précisant que le DFAE suit les développent récents en Algérie avec intention.

Maître Belhocine a par ailleurs demandé l’application de la loi sur les valeurs patrimoniales (LVP), introduite auprès du parlement Suisse le 4 avril 2019, le gouvernement fédéral Suisse vient de geler à titre de précaution les avoirs illégitimes et illicites du clan Bouteflika en Suisse.

16 mars 2020 |

Les commentaires sont clos.

Trouver des avocats par ordre alphabétique
Annuaire des Avocats Algérien – Powered by Avocat Algérien.
Aller à la barre d’outils