Les Lois Sont-Elles Appliquées?

0

La prolifération des salles des fêtes, des hôtels particuliers, des supérette des écoles en tout genre dénotent de la voracité de certains à s’enrichir facilement, sans tenir compte des lois qui régissent ces activités. Les salles des fêtes, les hôtels, les écoles privées et les supérettes de quartier poussent comme des champignons. Les propriétaires de ces nombreux biens investissent des sommes d’argent colossales pour aménager les locaux et leur donner un cachet particulier ce qui peut leur assurer une clientèle curieuse de découvrir de nouveaux endroits.

Mais ces nombreux commerces qui ouvrent aux quatre coins de la ville respectent-ils les normes et lois qui leur sont imposées? Les réponses varient selon qu’on soit pour ou contre et également selon l’endroit sélectionné. Les nombreuses salles des fêtes qui ouvrent et les hôtels qui prolifèrent tels de mauvaises herbes sont soumis à des normes de sécurité drastiques. En effet, ces salles et hôtels doivent répondre à un cahier des charges bien précis indiquant les lois à respecter.

Pour ouvrir une salle des fêtes qui est censée accueillir un grand nombre de personnes des normes de sécurité doivent être suivies à la lettre telles que l’installation d’issues de secours, la mise en place d’un réseau de ventilation spécifique qui assurera une bonne qualité de l’air ambiant. Ces deux points sont valables également pour les hôtels Cependant certains hôteliers et propriétaires de salles trouvent le moyen d’occulter ces lois de sécurité dans le but de réduire les coûts durant la construction ou l’aménagement.

Une source sûre affirme que certains propriétaires ont recours à des pots-de-vin, versés directement aux élus de la commune dans laquelle ils se sont installés pour réduire les contrôles et accélérer les procédures d’octroi des nombreux documents leur permettant de démarrer leur activité. Outre ces établissements, les écoles privées fleurissent Crèches, écoles primaires, collèges et lycées s’installent dans des quartiers résidentiels Beaucoup de ces écoles choisissent d’ouvrir dans des endroits dits huppés, tels Dély Ibrahim, Hydra, Kouba, Saïd Hamdine.

Comme les salles des fêtes et hôtels, les écoles privées sont soumises également à des conditions draconiennes. On peut citer les parkings les normes sonores et de sécurité Ces établissements scolaires privés sont considérés par la loi comme une activité. Les propos de M. Boulenouar, porte-parole de l’Ugcaa éclaircissent beaucoup de points que les habitants de ces quartiers ne
connaissent pas Il n’y a aucune loi interdisant l’ouverture d’un établissement scolaire privé ou l’implantation d’une école de formation quelle qu’elle soit.

Les textes en la matière n’ont pas été actualisés depuis des décennies, de ce fait nous fonctionnons avec des lois qui sont dépassées. Même si ces règles durent, je pense que les directeurs et autres propriétaires pourraient ouvrir dans des endroits plus commodes. Les quartiers résidentiels ne sont pas les bons endroits pour de telles activités. Les problèmes que cela engendre avec le voisinage sont courants», affirme-t-il A Dély Ibrahim, des habitants ont signé plusieurs pétitions afin de déloger non pas une, mais deux écoles privées, et ce, dans la même coopérative du nom d’El Mostaqbel Un habitant explique que les problèmes avec les parents ne sont pas rares. Les confrontations aussi. Il n’est pas rare d’avoir des altercations avec les parents qui ne trouvent pas ou stationner ; de ce fait, ils se garent devant nos maisons, bloquant ainsi le passage et l’entrée aux garages.

La situation ne fait que s’aggraver d’année en année ajoute-t-il.

Source: Rachid Larbi

28 février 2019 |

Les commentaires sont clos.

Trouver des avocats par ordre alphabétique
Annuaire des Avocats Algérien – Powered by Avocat Algérien.
Aller à la barre d’outils