Un plan «d’annexion» illégal promeut la «loi de la jungle» et doit être arrêté

0

la proposition israélienne pourrait inclure jusqu’à 33% de la superficie totale de la Cisjordanie.

Les autorités israéliennes doivent immédiatement abandonner les plans visant à «annexer» davantage de territoires en Cisjordanie occupée, qui violent les lois internationales et exacerbent des décennies de violations systématiques des droits humains contre les Palestiniens là-bas, a déclaré l’Amnesty International le jour où le cabinet israélien devait entamer ses délibérations sur les plans.
L’Amnesty International appelle également la communauté internationale à prendre des mesures fermes contre les propositions d’«annexion» et les colonies israéliennes illégales dans les territoires occupés.
Le droit international est limpide sur cette question – l’annexion est illégale. La poursuite continue par Israël de cette politique illustre encore son mépris cynique pour le droit international.
L’annexion est la prétention d’acquérir un territoire par la force et constitue une violation flagrante du droit international. Une telle mesure prise par Israël violerait la Charte des Nations Unies, les normes du droit international et les obligations découlant du droit international humanitaire.

L’interdiction de l’acquisition de territoire par la force est consacrée comme un principe fondamental à l’article 2 (4) de la Charte des Nations Unies. En vertu de la législation israélienne interne, les progrès vers une «annexion» supplémentaire du territoire palestinien signifieraient la poursuite de l’expansion des colonies israéliennes. Cela renforcerait également les politiques de discrimination institutionnalisée et de violations massives des droits de l’homme auxquelles les Palestiniens sont confrontés dans les zones résultant de l’occupation. Selon les rapports, la proposition israélienne pourrait inclure jusqu’à 33% de la superficie totale de la Cisjordanie. Récemment, des dizaines d’experts de l’ONU ont exprimé leur inquiétude quant au fait que le plan d’annexion proposé créerait un «apartheid du 21e siècle». Colonies illégales La politique israélienne consistant à installer ses civils dans le territoire palestinien occupé et à déplacer la population palestinienne locale continue de contrevenir aux règles fondamentales du droit international humanitaire.

L’article 49 de la quatrième Convention de Genève stipule: « La puissance occupante ne doit pas expulser ni transférer des parties de sa propre population civile sur le territoire qu’elle occupe. » Il interdit également «les transferts forcés individuels ou en masse, ainsi que les expulsions de personnes protégées hors du territoire occupé».

Transférer les civils de la puissance occupante dans le territoire occupé est un crime de guerre. En outre, les colonies et les infrastructures associées ne sont pas temporaires, ne bénéficient pas aux Palestiniens et ne répondent pas aux besoins légitimes de sécurité de la puissance occupante. Les colonies dépendent entièrement de l’appropriation et / ou de la destruction à grande échelle de biens palestiniens privés et publics qui ne sont pas militairement nécessaires.

«Les colonies sont créées dans le seul but d’établir des Israéliens juifs de façon permanente sur les terres occupées; il s’agit d’un crime de guerre au regard du droit international et «l’annexion» n’a aucune incidence sur cette détermination juridique. »

Le 20 avril, après les troisièmes élections israéliennes en 10 mois, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et son rival politique Benny Gantz ont formé un gouvernement de coalition dans le cadre d’un accord d’unité. L’accord comprenait un accord qui permettrait au gouvernement israélien d’entamer le processus national d’annexion de parties de la Cisjordanie occupée, y compris les colonies israéliennes et la zone de la vallée du Jourdain. Les plans «d’annexion» d’Israël font suite à l’annonce du soi-disant «accord du siècle» du président américain Donald Trump en janvier 2020, qui proposait d’annexer des zones de la Cisjordanie occupée par Israël.

Amnesty International a clairement indiqué que le plan de l’administration Trump ne ferait qu’aggraver les violations des droits humains et consacrer l’impunité bien ancrée qui a alimenté des décennies de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité et d’autres violations graves.

La communauté internationale devrait également rejeter le soi-disant «accord du siècle» et toute autre proposition visant à saper les droits inaliénables du peuple palestinien, y compris le droit au retour des réfugiés palestiniens. Amnesty appelle également les gouvernements à apporter tout leur soutien politique et pratique à la Cour Pénale Internationale (CPI) alors qu’elle décide de sa compétence sur la «situation en Palestine».

4 juillet 2020 |

Les commentaires sont fermés.

Trouver des avocats par ordre alphabétique
Annuaire des Avocats Algérien – Powered by Avocat Algérien.
Aller à la barre d’outils